lundi 9 mai 2016

Gastro-entérite : symptômes et alimentation

La gastro-entérite, inflammation de la portion inférieure du tube digestif, peut avoir plusieurs causes : une infection virale, bactérienne ou parasitaire ; l'ingestion d'une substance toxique ; une allergie ou une intolérance alimentaire ; un médicament, notamment un antibiotique, qui altère la flore bactérienne du tube digestif inférieur.


Chez les anorexiques et les boulimiques, la gastro-entérite est souvent causée par un abus de laxatifs.
Grâce aux progrès réalisés en matière d'eau potable, les gastro-entérites dues au choléra et à la fièvre typhoïde sont rares dans les pays industrialisés. 
En revanche, celles qui sont causées par les parasites, comme les giardias et les amibes, peuvent se contracter dans n'importe quel pays.


Gastro-entérite : symptômes et alimentation.



Gastro-entérite, quel sont les symptômes ?



Les parasites se transmettent par différents moyens : manque d'hygiène dans la manipulation des aliments, contamination de l'eau potable ou contact physique rapproché avec une personne infectée.

Lorsqu'elle est causée par une bactérie ou un virus courants, la gastro-entérite est synonyme de grippe intestinale et les symptômes sont ceux d'une diarrhée ou d'une intoxication alimentaire. 
À moins que l'infection ne soit causée par un parasite, les symptômes disparaissent d'eux-mêmes au bout de quelques jours.

Nausée et vomissements, qui ne sont qu'ennuis passagers chez un adulte ou un enfant en bonne santé, peuvent, dans le cas d'un bébé, d'une personne âgée ou d'un malade immunodéprimé, affaiblir énormément et exiger un traitement médical.

Si les symptômes persistent au-delà de 48 heures, le médecin prescrira un médicament pour calmer les nausées et un antibiotique, au besoin. 
Il recommandera des examens pour déterminer la cause s'il soupçonne une intolérance alimentaire ou une intoxication. Si les selles sont sanguinolentes, il envisagera la possibilité d'une infection parasitaire ou d'une dysenterie bacillaire.



Gastro-entérite, quelle alimentation ?



En cas de grippe intestinale, il vaut mieux laisser reposer le système digestif, mais boire en abondance. Un soda de type bitter calme parfois la nausée.

Un bouillon au riz est un excellent remède : le bouillon, tout en réhydratant, compense la perte de sodium et de potassium et rééquilibre les électrolytes, tandis que le riz forme une masse solide dans l'intestin. 
Il faut éviter l'alcool et les boissons contenant de la caféine, car ce sont des stimulants de l'intestin qui peuvent aggraver la diarrhée.

Réintroduisez les aliments solides progressivement. Pour que l'intestin retrouve son équilibre, mangez de petites portions de banane bien mûre, du riz très cuit, de la compote de pommes ou de la gelée de coing, du pain grillé ou rassis, des yaourts aux ferments actifs, des crèmes dessert gélifiées au chocolat.

Gardez l'eau de cuisson du riz pour boire le bouillon. Vous bénéficierez ainsi de sources d'énergie sans résidus irritants pour l'intestin et d'antidiarrhétiques naturels (pectines, gommes végétales) qui protégeront votre muqueuse intestinale de l'agression microbienne.

Votre capacité à digérer le lactose pourrait être temporairement affectée. Au bout de 48 heures, vous pourrez passer à des aliments simples : une pomme de terre bouillie ou cuite à la vapeur, des légumes cuits et un œuf à la coque ou poché. 

Les produits laitiers seront réintroduits en dernier, sauf le yaourt. Les graisses des fromages sont difficiles à digérer et séjournent plus longtemps dans l'estomac que les autres aliments.

En effet, certaines infections entravent momentanément la capacité à digérer le lactose, le sucre propre au lait et aux produits laitiers. De plus, continuez à boire beaucoup d'eau et de jus de fruits non acides et reprenez votre régime normal dès que cela sera possible.

Certains médicaments, notamment les antibiotiques, peuvent causer de sérieuses gastro-entérites ; consultez alors votre médecin, qui modifiera son ordonnance ou changera le traitement.


Privilégier


  • Liquides qui réhydratent, comme les infusions ou le bouillon de légumes
  • Banane, riz, gelée de coing, compote de pommes, pain grillé, yaourt et crèmes dessert gélifiées
  • Réintroduction progressive des aliments solides

Éviter


  • Alcool et caféine, qui stimulent l'intestin
  • Fibres, susceptibles d'irriter davantage l'intestin
  • Usage fréquent d'aspirine ou d'anti-inflammatoires
  • En voyage à l'étranger, les fruits et légumes non pelés, tous les aliments crus, l'eau du robinet et les glaçons