Santé : la cryothérapie, traitement par le froid

juin 27, 2016
Le froid pour la santé, ça soigne ! Aujourd'hui, à l'hôpital ou en cabinet, le traitement par le froid est devenu courant. On appelle cela la cryothérapie.


Saviez-vous qu'un gros coup de froid, c'est fou le bien que ça peut faire ! Est oui, les températures glaciales nous font maigrir et nous remontent le moral, mais elles viennent surtout en aide aux médecins pour combattre différentes maladies. La cryothérapie est une technique innovante.


La cryothérapie, traitement par le froid pour éliminer les petites tumeurs



Traitement par le froid, pour éliminer les petites tumeurs


En France, une quinzaines de centres hospitaliers utilisent aujourd'hui de minuscules sondes métalliques pour éliminer les cellules cancéreuses. Refroidies avec de l'azote liquide, elles pénètrent au cœur des organes quand la chirurgie n'est pas envisageable.

Objectif : congeler les cellules indésirables pour qu'elles éclatent et meurent en réchauffant, puis les faire éliminer par l'organisme. Même chose pour certains cancers de la peau, désormais traités grâce à des sprays qui glacent les couches superficielles de l'épiderme pour détruire les nodules cancéreux en douceur.



La cryothérapie, un véritable antidouleur


La cryothérapie aide aussi à combattre la douleur, notamment articulaire ou musculaire. Soit grâce à l'application locale de glace, comme cela se fait depuis toujours pour limiter la formation d'un œdème après un choc.
Soit sur le corps entier, enfermé quelques minutes dans une chambre froide par - 10 à - 110°C, comme cela se fait désormais pour les sportifs de haut niveau, et le traitement de pathologies très invalidantes du type spondylarthrite.

Car le froid présente l'avantage de ralentir la conduction nerveuse, donc de stopper immédiatement la douleur. Il contribue en même temps à lutter contre l'inflammation, ce qui permet de retrouver plus de mobilité.


La cryothérapie, traitement par le froid pour certains problèmes de peau


Autre champ d'application incontournable de la cryothérapie : la dermatologie. Appliqué directement sur la peau, le froid détruit les lésions cutanées en les brûlant de façon superficielle. Depuis plusieurs décennies, ce type de traitement est un grand classique pour faire disparaître verrues et carcinomes.

Mais il s'est également révélé efficace pour venir à bout des cicatrices disgracieuses, hypertrophiques ou chéloïdes. L'intervention se fait en général à l'aide d'azote liquide et sans anesthésie. Elle est quasi indolore et prend à peine quelques secondes. Alors si vous avez froid cet hiver, prenez la chose du bon côté !


Le froid renforce notre système immunitaire


De récentes études conduites sur les animaux suggèrent que s'exposer régulièrement au froid favoriserait la production de globules blancs. Notre organisme serait ainsi mieux défendu, en même temps qu'il s'habituerait à supporter de brusques changements de température.

À la clé : moins de petites infections hivernales, comme le rhume, l'angine ou la bronchite. 
La solution pour une cryothérapie maison ? La douche froide, bien sûr ! Selon les spécialistes, trois à cinq minutes par jour suffiraient pour changer la donne.



Santé : la cryothérapie, traitement par le froid Santé : la cryothérapie, traitement par le froid Reviewed by Santé pratique on juin 27, 2016 Rating: 5

Coquille saint-jacques : mollusque bivalve peu calorique

juin 17, 2016
Peu calorique, la coquille saint-jacques est un mollusque bivalve, de la famille des Pectinidés.


Parlons un peu de la coquille saint-jacques ce fruit de mer bien connu, souvent mis  à l'honneur sur nos tables les jours de fêtes.


Coquille saint-jacques  mollusque bivalve peu calorique




Bienfaits de la coquille saint-jacques


Peu calorique (80 kcal/100 g), riche en oméga-3 et protéines, elle est une bonne source de vitamines B, de phosphore, potassium, magnésium, calcium, fer, cuivre et iode.



La saison de la coquille saint jacques


En France, sa pêche est très réglementée : elle est autorisée du 1er octobre au 15 mai, interdite en période de reproduction (l'été) et sa taille doit être comprise entre 10 et 15 cm (11 cm pour la pêche de loisir). 

Cela peut se limiter, comme pour les saint-jacques de la baie de Saint-Brieuc, à 2 jours de pêche par semaine, durant 45 min et à condition d'être titulaire d'une licence. La Normandie est la première région de France pour la pêche à la coquille saint-jacques.




Reconnaître la coquille saint-jacques


Ce mollusque bivalve, de la famille des Pectinidés, est le plus grand en taille. Sa coquille, de rouge à brune, comporte une partie supérieure plate. Vendue fraîche dans sa coquille, il y a de fortes chances qu'elle soit française, car elle supporte mal les transports.

En ce qui concerne les produits transformés, le nom scientifique en latin, ainsi que son origine géographique, doivent être mentionnés : Pecten Maximus pour la vraie coquille Saint-jacques, Chlamys, Argopecten et Placopecten, pour les pétoncles et vanneaux, quelle que soit leur origine, qui peuvent légalement s'appeler saint-jacques.




Conserver la coquille saint-jacques


Consommez-la dans les 24 h après l'achat, 48 h si elle est dans sa coquille. Choisissez des noix nacrées et fermes. Si elle est trop blanche, méfiez-vous, elle risque d'être gorgée d'eau. Vous pouvez congeler la noix, après l'avoir lavée et égouttée sur du papier absorbant.



Un peu d'histoire sur la coquille saint-jacques


L'origine de la coquille saint-jacques remonte à plus de 500 millions d'années. L'homme préhistorique s'en nourrit, il en fait des bijoux et s'en sert de monnaie d'échange. Dans l'Antiquité, la coquille saint-jacques représente le berceau de Vénus, déesse de l'amour. Pour les chrétiens, elle symbolise la foi des pèlerins revenant de Compostelle.



Prix moyen de la coquille saint-jacques


De 5 à 7 euros le kilos avec la coquille et environ 30 euros le kilos de noix seules. Il faut compter 6 à 7 kilos avec la coquille, pour obtenir 1 kilos de noix, avec corail.



Coquille saint-jacques : mollusque bivalve peu calorique Coquille saint-jacques : mollusque bivalve peu calorique Reviewed by Santé pratique on juin 17, 2016 Rating: 5

Herpès génital : symptômes et traitements

juin 16, 2016
Santé - hygiène de vie. En cas d'herpès génital, il y a enfin un nouveau traitement fort bienvenu. Voyons ensemble les symptômes qui doivent vous faire penser à l'herpès génital.




Picotements, brûlures, démangeaisons... Herpès génital : symptômes et traitements



Symptômes de l'herpès génital


Cette maladie n'est pas grave en soi. Mais elle entraîne une très grande souffrance. 
Picotements, brûlures et démangeaisons annoncent le début d'une crise sur les organes génitaux, parfois aussi sur la fesse. Puis une éruption de vésicules surgit : elles brûlent intensément et, quand elles éclatent, cela forme de petites plaies. La peau est à vif, ce qui provoque des douleurs très vives.

Cette infection sexuellement transmissible est aujourd'hui très fréquente : près de deux adultes sur dix sont porteurs du virus en cause. Mais on estime qu'à peine la moitié des personnes sont diagnostiquées. Car bien des lésions sont attribuées à tort à une mycose, un eczéma, etc. 

Cette maladie contagieuse est due au virus de l'herpès dit de type 2. Mais aussi, de plus en plus souvent, au virus de type 1, celui de l'herpès labial donnant le " bouton de fièvre ", qui peut également s'installer " en bas ": il serait responsable dans environ un tiers des cas.

La transmission se fait par contact : lors de rapports sexuels, de rapports buccogénitaux - pourtant souvent considérés sans risque dans les esprits ! - voire par la masturbation lorsque la main a été contaminée lors d'un contact avec une zone infectée.



Herpès génital, des poussées imprévisibles


En général quinze jours après le rapport contaminant (mais parfois bien plus tard), une première poussée d'herpes survient. Poussée dont on se souvient, car elle est très violente et dure en moyenne deux semaines. 

Après quoi, le virus quitte la zone génitale, chemine le long des nerfs et se loge dans un ganglion nerveux le long de la colonne vertébrale. Là, caché, il est indétectable par le système immunitaire. Vous n'en êtes pas débarrassée pour autant : cette maladie virale ne se guérit pas.

Le virus dort, mais peut se réveiller ! Des périodes de fatigue, de stress, le moment des règles, des rapports sexuels fréquents, etc... peuvent, en provoquant soit une irritation de vos muqueuses, soit une excitation de vos terminaisons nerveuses, participer à son réveil. Mais vous pouvez aussi déclarer une nouvelle poussée sans aucun facteur déclenchant.

Lorsque le virus " crapahute " à nouveau le long des nerfs pour refaire surface sur les organes génitaux, cela peut provoquer des sensations de décharges électrique. Ces crises qui reviennent à un rythme variable sont moins agressives que la première, mais restent difficiles à vivre. 
Rougeurs et vésicules se transforment en ulcérations, la douleur est invalidante et perturbe le quotidien. Cela dure cinq ou six jours.

Outre la souffrance physique, la maladie, taboue et cachée, a un retentissement psychologique important, avec la crainte que cela recommence à tout moment, un sentiment de honte, sans parler de l'angoisse de contaminer son ou sa partenaire. La maladie est contagieuse au moment des crises mais, dans certains cas, il y a des excrétions du virus sans symptômes, il est alors difficile de prévenir une contamination.




Traitement pour l'herpès génital


Depuis près de vingt ans, le traitement de l'herpès génital est resté le même : avec la prescription de médicaments antiviraux, de la famille de l'aciclovir, par voie orale. Utilisés dès le tout début des symptômes, ces antiviraux diminuent la multiplication du virus, peuvent parfois réduire la durée de la poussée, mais tout au plus vingt-quatre à quarante-huit heures.

Et, malheureusement, ils ont peu d'action sur la douleur. Des antiviraux à appliquer localement existent, mais ils n'ont pas d'efficacité sur les symptômes, dont la douleur. Et aucune autre crème n'était jusqu'à présent disponible pour soulager.

L'arrivée récente d'un gel spécifique (Clareva, du laboratoire HRA pharma) constitue une avancée pour réduire l'inconfort des crises. Ce produit novateur ne traite pas l'herpès génital en lui-même : à base d'acides gras essentiels, c'est un gel couvrant qui, une fois appliqué, forme un film protecteur invisible sur les muqueuses de la peau.

Ce film protège la zone atteinte des agressions extérieures et maintient un environnement humide. Il agit comme une barrière, diminue le phénomène inflammatoire, la douleur et les autres symptômes (sensations de picotements et décharges électriques, démangeaisons).

Dès les premières vingt-quatre heures, la douleur et les brûlures sont réduites de plus de la moitié. En pratique, on peut même constater une fois sur deux une diminution spectaculaire des douleurs en moins d'une heure !

Ce gel favorise aussi la cicatrisation, même s'il ne réduit pas la durée de la crise (rien n'empêche d'y associer la prise d'un antiviral). 
C'est un produit très bien toléré, sans effet secondaire. Ultime bon point, il est vendu sans ordonnance (15 euros) : il est donc simple de vous le procurer lorsqu'une poussée vous "tombe dessus ", sans devoir attendre pour une consultation.



Herpès génital, trois vérités à connaître


Beaucoup d'idées fausses circulent et sont largement partagées à propos de la contamination de cette maladie. Sachez donc que...
  • L'herpès génital ne peut pas être causé par une mauvaise hygiène. Le fait d'être extrêmement propre n'empêche pas d'attraper le virus.
  • Le virus ne se contracte pas par des échanges de linge de toilette.
  • Cette maladie ne s'attrape pas non plus par le contact avec une cuvette de wc, les virus de l'herpès ne survivent pas hors du corps !



Herpès génital : symptômes et traitements Herpès génital : symptômes et traitements Reviewed by Santé pratique on juin 16, 2016 Rating: 5

Comment soigner la colite spasmodique avec les plantes ?

juin 13, 2016

Symptômes de la colite


Colite côlon. J'ai mal au ventre, la diarrhée... La colite spasmodique est souvent causée par le stress. C'est un trouble du système digestif qui s'accompagnant de douleurs intestinale, de constipation en alternance, de ballonnements, de flatulences, de nausées.


La diverticulose est caractérisée par la présence de petites hernies de la taille d'un pois, mais pouvant atteindre celle d'une noisette, qui traversent la couche musculaire du côlon.

Le sigmoïde est une infection des diverticules ; il atteint la dernière partie du côlon.

En médecine, le syndrome de la maladie de Crohn est une inflammation chronique pouvant toucher tout le tube digestif, mais qui s'installe le plus souvent à la jonction de l'intestin grêle et du côlon.

La rectocolite hémorragique est une inflammation chronique qui touche le côlon et le rectum, qui se manifeste par des diarrhées chroniques sanglantes.


Comment soigner la colite avec les plantes ?



Causes de la colite


Une colite aiguë peut survenir à la suite d'une infection virale ou bactérienne (un champignon ou un parasite), d'une radiothérapie, d'un problème sanguin provoqué par certains médicaments, et surtout de stress et d'anxiété.

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique sont des maladies auto-immunes, plus fréquentes dans les pays industrialisés, dont l'origine est encore peu connue (virus ou bactéries, facteurs environnementaux, génétiques).




Colite et alimentation


L'alimentation est très importante dans cette affection ; il faut la surveiller de près !

Éviter les laitages, fruits, les jus de fruits, la charcuterie, les viandes fumées, les plats en sauce, les fritures, les crudités, les épices, les féculents, les fèves, les lentilles, les haricots secs, les choux, les petits pois, les aliments gras, le sucre raffiné, les excitants (thé, café, alcool), les boissons gazeuses, le pain blanc. Pas ou très peu de fibres...

Privilégier le poisson maigre cuit à l'eau ou à la vapeur, les viandes maigres grillées, le jambon maigre ; les légumes et les fruits cuits en purée, la soupe de légumes, les céréales complètes (modérément), le pain complet (modérément), l'eau plate.



Colite et hygiène de vie


Prendre le temps de mastiquer les aliments dans le calme, prendre les repas en bonne compagnie. Se reposer le plus souvent possible.
Pratiquer un sport : la marche, la natation, le cyclisme.




Soigner la colite avec les plantes


Usage interne
  • Soulager spasmes et douleurs
Tisane :
Achillée millefeuille (sommités fleuries), badiane (fruits), marjolaine (feuilles), matricaire (fleurs), mélisse (feuilles) : mélanger 50 g de chaque plante. Ajouter 1 cuillerée à soupe du mélange par tasse d'eau, faire bouillir pendant 3 min, laisser infuser 10 min. En boire 1 tasse après les repas, jusqu'à amélioration des symptômes.

  • Se détendre en cas de stress
Teintures :
Aubépine, romarin : délayer 30 gouttes de chaque teinture dans un verre d'eau (100 ml) et en boire 2 fois par jour, jusqu'à amélioration des symptômes.

  • Aider en cas de fatigue nerveuse
Poudres :
Éleuthérocoque, lithotame : délayer 1 cuillerée à café rase de chaque poudre dans un peu d'eau ; boire matin et soir, jusqu'à amélioration des symptômes.

  • Adoucir la muqueuse intestinale
Baies :
Myrtille : délayer 1 cuillerée à café de baies dans une tasse d'eau, faire bouillir pendant 3 min, laisser infuser 10 min ; en boire 2 à 3 tasses par jour. En cas de crise, 1 tasse par jour en prévention.

  • Équilibrer la flore microbienne
Gélules :
Probiotiques : prendre 2 gélules par jour, 10 min avant le repas, 10 jours par mois.

  • Éliminer les ballonnements
Gélules :
Charbon végétal : prendre 2 gélules après les repas en fonction des besoins. Le charbon doit être ingéré 2 heures avant ou après la prise de médicaments ou de compléments alimentaire.



Mise en garde


Suivez les précautions d'emploi et les posologies sans dépasser les doses prescrites. Prenez soin de bien identifier les plantes avant de les employer. N'hésitez pas à demander conseil à un pharmacien, un phytothérapeute ou un herboriste.



Comment soigner la colite spasmodique avec les plantes ? Comment soigner la colite spasmodique avec les plantes ? Reviewed by Santé pratique on juin 13, 2016 Rating: 5

Bienfaits du magnésium pour la santé : fatigue, stress...

juin 01, 2016
N'hésitez pas à prendre du magnésium, ses bienfaits sont nombreux pour la santé. Fatigue, stress...

Faites une cure de magnésium. Il joue un rôle fondamental dans notre métabolisme, il sert entre autres de " fixateur " du calcium dans notre organisme. Sans magnésium, le calcium ne parviendrait pas à solidifier nos os.



Bienfaits du magnésium pour la santé  fatigue, stress...




Manque-ton souvent de magnésium ?


Au moins 7 personnes sur 10 manquent de magnésium, un minéral qui est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme. En cause, un mode de vie stressant et des apports devenus insuffisants. On mange surtout des aliments raffinés (pain blanc, riz blanc), qui contiennent bien moins de magnésium que les céréales complètes (pain complet,de seigle, riz complet...).

Et on consomme peu les aliments qui sont les plus riches en magnésium : légumes secs, fruits oléagineux, cacao. Les poissons, les fruits de mer et les légumes verts en apportent aussi, mais bien moins.



Comment savoir si on est en déficit de magnésium ?


Ce qui évoque un déficit en magnésium, c'est un ensemble de plusieurs symptômes : de petites contractions musculaires de la paupière, elle saute de façon répétée. Et vous pouvez ressentir aussi de la fatigue, de l'anxiété, une irritabilité, avoir des crampes, des réveils nocturnes ou des maux de tête. Une plus grande sensibilité au stress est classique aussi.

Et là, c'est un cercle vicieux : l'état de stress augmente l'élimination urinaire du magnésium, donc provoque une carence de plus en plus importante. D'où dans ce cas, le conseil habituel : prenez des compléments.




Manque de magnésium, faut-il consulter un médecin ?


Devant des signes évoquant un manque, on peut prendre du magnésium en cure de 2 à 3 mois, renouvelée au changement de saison. Mais veillez aussi à avoir une alimentation équilibrée.

En revanche, en cas de troubles trop sévères (grosses insomnies ou palpitations importantes), consultez le médecin : il prescrira une analyse de sang (dosage du magnésium érythrocytaire, le plus fiable), et procédera à des tests musculaires pour rechercher les contractures.



Tous les compléments en magnésium se valent-ils ?


Les divers sels de magnésium (comme chlorure, lactate, d'origine marine) sont absorbés de façon assez similaire ; les produits à base d'oxyde le sont moins. Pour l'automédication, la quantité conseillée est d'environ 300 mg par jour. 

Car d'une manière générale, seulement un tiers de ces 300 mg sont absorbés, les deux tiers restants partant dans le côlon, puis les selles. Ce qui peut créer d'éventuelles douleurs abdominales ou des diarrhées, surtout en cas de cure prolongée.

Pour améliorer l'absorption du magnésium, les dernières études scientifiques ont montré que mieux vaut prendre plusieurs faibles doses tout au long de la journée à intervalles réguliers. Le magnésium est mieux absorbé par l'organisme s'il est diffusé de manière continue en petite quantité.

Ce qui n'est pas le cas des comprimés dits à libération prolongée, dosés à environ 300 mg, notamment à 2 couches libérant le minéral comme en 2 prises.

Il existe maintenant une alternative parfaite à la prise de faibles doses répétées : les récents comprimés à libération continue (laboratoires UPSA uniquement). Grâce à " l'enveloppe " du comprimé, le minéral est délivré de façon progressive dans l'intestin durant 8 h.

À la différence des autres présentations, ce magnésium, dont la dose recommandée n'est que de 100 mg, est absorbé en totalité pendant 24 h. De plus, son faible dosage et sa libération continue évitent des dérangements intestinaux.




Peut-on prendre du magnésium en permanence ?


Oui, à l'adolescence : avec la croissance, les besoins en magnésium sont accrus. Ce peut être conseillé aussi aux femmes souffrant d'un syndrome prémenstruel (tensions des seins, fatigue) : des études ont montré qu'elles manquent de ce minéral, et qu'une supplémentation diminue leurs symptômes.

Et à partir de la ménopause (apports moindres, et élimination augmentée) : le magnésium aide à fixer le calcium et peut jouer un rôle préventif par rapport à l'ostéoporose ou des maladies cardiovasculaires. Dans ces cas, la dose est fixée par le médecin.



Bienfaits du magnésium pour la santé : fatigue, stress... Bienfaits du magnésium pour la santé : fatigue, stress... Reviewed by Santé pratique on juin 01, 2016 Rating: 5
Fourni par Blogger.