Découvrez ici les meilleures infos du site Santé pratique

Foulure bénigne ou entorse grave : cheville, pied, genou...

Distinguez une foulure bénigne ou une entorse plus graveSe tordre la cheville, le pied, le genou... est un accident si vite arrivé ! Quelques règles d'or pour bien vous soigner.


Foulure ou entorse, cela se produit surtout dans la vie quotidienne : vous marchez dans un trou, faites un pas un peu périlleux avec des talons... Votre pied par et vous vous tordez la cheville ou le genou. Cela arrive aussi lors d'une activité physique, à cause d'un mauvais mouvement ou si votre pied retombe mal au sol. Chaque jour, environ 6000 personnes arrivent aux urgences pour une torsion de piedcheville, genou... Or, ce ne serait pas toujours nécessaire.


Foulure bénigne ou entorse grave : cheville, pied, genou...


Foulure bénigne ou entorse grave


  • Une entorse, c'est la lésion d'un ligament, sorte de " ficelle " fibreuse un peu élastique qui relie deux os de l'articulation et la stabilise. Vous pouvez, sans risque de vous tromper et au besoin avec l'avis du pharmacien, savoir si c'est bénin ou pas.

  • En cas d'entorse bénigne, appelée communément foulure, le ligament est distendu. Après votre accident, vous pouvez prendre appui sur votre pied et faire quelques pas ; vous n'avez pas trop mal, et votre cheville n'enfle pas sur le moment (ce peut être le cas le lendemain).

  • En cas d'entorse plus grave, le ligament s'est rompu partiellement ou totalement. Dans cette situation, les symptômes ne sont pas du tout les mêmes : vous avez tout de suite très mal, au point d'être parfois au bord du malaise, et cette douleur ne s'atténue pas. Votre cheville a enflé quasiment aussitôt. Le fait que l'appui sur votre pied soit impossible car trop douloureux, ce dès l'accident et pendant encore plusieurs heures, laisse suspecter une lésion grave et vous amène forcément à consulter. Après confirmation du diagnostic, le traitement de référence est aujourd'hui le port d'une attelle rigide, cela pour trois à six semaines selon la gravité de l'entorse. Il faut toujours y associer de la rééducation.



Conseils à suivre en cas de foulure


Contrairement à ce qu'on pense généralement, il n'est pas nécessaire de consulter immédiatement : vous pouvez vous soigner durant trois jours (sauf aggravation), puis voir votre médecin. En effet, au moment même de l'accident, il ne ferait pas autre chose que de conseiller plusieurs mesures.

  • Suite à une foulure bénigne, placez au plus vite une poche de glace sur votre cheville (glaçons et eau dans un sac plastique), ou un pack de froid (en pharmacie, réutilisable) mis au freezer. Protégez votre peau avec un torchon (pour ne pas la brûler) et gardez environ 10 min.

  • Répétez ces applications quatre fois par jours : cela soulage et limite le gonflement. C'est important : une cheville peu douloureuse et qui ne gonfle guère se " remet " mieux.

  • Appliquez en plus un gel anti-inflammatoire (Voltaren ou autre, sans ordonnance) deux à trois fois par jour ou utilisez une compresse adhésive spécifique imprégnée de gel anti-inflammatoire (Antalcalm, Voltaren, Flector, sans ordonnance) qui agit toute la journée ou pendant la nuit. Dans ce cas, pour mettre de la glace, enlevez cette compresse 15 min avant et recollez-la ensuite.

  • Enfin, il faut rester prudent. Marchez le moins possible, même si vous ne souffrez pas. Si vous devez vous déplacer et si l'appui au sol est sensible, utilisez alors des béquilles pour le limiter au maximum (mettre une chevillère ou une bande n'est pas conseillé). À la maison, surélevez votre jambe dès que vous le pouvez et procédez de même pour dormir.



Foulure bénigne ou entorse grave, faites de la rééducation


  • Trois jours après votre foulure, consultez votre médecin qui vérifiera si elle évolue normalement et vous prescrira une rééducation chez le kinésithérapeute. Cette rééducation, systématique après une entorse grave, n'est pas toujours prescrite après une foulure. À tort.

  • La rééducation est indispensable pour prévenir les récidives. Après une entorse, même bénigne, la cheville perd de sa mobilité. Elle devient également moins stable car il s'opère une perte de la force musculaire. Si vous ne faites pas des séances de kiné, vous courrez plus de risque d'être victime de cet accident sur la même cheville et aussi sur l'autre.

  • Commencez votre rééducation le plus tôt possible : c'est conseillé dès la première semaine, même en cas d'entorse grave. Débuter précocement apporte une plus grande efficacité. Au moins douze séances de kiné sont nécessaires, à raison si possible de deux à quatre par semaine. Ce doit être une rééducation digne de ce nom, non pas avec l'application d'appareils en tout genre (qui ne servent qu'à limiter un peu la douleur), mais avec des exercices de la cheville d'intensité croissante, afin de tonifier au niveau musculaire et d'éliminer la raideur.