mercredi 23 novembre 2016

Trop de fer dans le sang : hémochromatose génétique symptômes

L'organisme a besoin d'un apport constant en fer, mais en toutes petites quantités, de 10 à 15 mg par jour pour les adultes en bonne santéL'hémochromatose, la forme la plus courante d'accumulation excessive de fer, peut causer à certains des organes :  le cœur et le fois, des dommages irréversibles. L'organisme peut utiliser deux types de fer : le fer héminique, de source animale et le fer non héminique, de source végétale.



Trop de fer dans le sang : hémochromatose génétique symptômes


Le corps assimile de 20 à 30 % de fer sous forme héminique et de 5 à 10 % sous forme non héminiqueQuand les réserves de fer sont basses, l'absorption de fer non héminique augmente. Manger des aliments végétaux riches en fer avec la viande ou avec de bonnes sources de vitamines C augmente l'absorption de fer non héminique
Par ailleurs, certaines substances, thé, son, oxalates dans les épinards ou l'oseille – diminuent l'assimilation du fer par l'organisme.



Hémochromatose génétique


Environ 10 % des personnes de race blanche et jusqu'à 30 % de celles d'origine africaine sont porteuses d'un gène qui les prédisposes à emmaganiser plus de fer. La présence d'un gène ne pose pas de problèmes, mais, si la personne hérite de celui de ses deux parents, elle est susceptible d'accumuler trop de fer. Les hommes, ainsi que les femmes ménopausées, ont plus de risques d'être victimes d'hémochromatose.




Trop de fer dans le sang, symptômes


Une surcharge de fer ne produit de symptômes que quand s'est accumulée une quantité dommageable pour les tissus musculaires (dont le cœur), le foie, la moelle et la rate ; cela se produit généralement à l'âge adulte. L'un des premiers signes est un teint hâlé ; la personne peut aussi souffrir de fatigue, de douleurs articulaires et intestinales et d'arythmie cardiaque. Une jaunisse peut se déclencher si le foie est atteint.

Un test sanguin aide à diagnostiquer une surcharge ferrique ; dans quelques cas, on fera une biopsie du foie. La maladie est traitée par saignées : 50 cl de sang à la fois, ce qui diminue les concentrations de fer en obligeant le corps à utiliser ses réserves pour fabriquer des globules.


Trop de fer et maladie cardiaque


Taux de fer modérément élevé et maladie cardiaque. Une étude fait état d'un risque plus élevé de maladie coronarienne chez les hommes dont le taux de fer sanguin se situe dans le haut de la norme par apport à ceux dont le taux se trouve dans le bas de la norme. 

Ces résultats appuient la théorie selon laquelle trop de fer peut endommager les parois artérielles et favoriser la formation de dépôts de graisses. La cause en serait la faculté qu'à le fer de catalyser les processus d'oxydation.

Mais ces conclusions sont encore controversées, car certaines études montrent que seul le fer héminique est mis en cause dans la maladie cardiaque, alors que d'autres ne trouvent aucun lien. On pense aussi que le fer peut favoriser les douleurs et les lésions articulaires chez les femmes ménopausées. Il reste qu'on ne doit prendre de supplémentation ferrique que pour palier une carence avérée.

Les personnes prédisposés à l'accumulation de fer ne doivent pas consommer d'aliments riches en vitamine C, qui potentialise l'absorption du fer, en même temps que la viande ou qu'un autre aliment riche en fer héminique.

Il ne faut pas prendre de suppléments de fer sans recommandation médicale. Toute personne voulant prendre des apports supplémentaires de vitamine C devrait d'abord passer un test sanguin pour mesurer son taux ferrique.