Découvrez ici les meilleures infos du site Santé pratique

Incontinence urinaire d'effort, fuites urinaires, traitement

L'incontinence urinaire d'effort est caractérisée par une fuite involontaire d'urine, qui se produit au cours d'un effort physique, comme lorsqu'on tousse, on rit ou lors de la défécation.
L'incontinence urinaire est plus fréquente chez la femme que chez l'homme. Plus de 50 % des femmes ont des problèmes de fuites urinaires.




Incontinence urinaire d'effort, fuites urinaires, traitement


Incontinence urinaire d'effort, les causes


Lorsque la pression abdominale augmente brusquement à  l'occasion d'un effort physique, cette augmentation de pression se répercute sur la vessie, dont la pression excède celle du sphincter. Ce dernier ne peut plus faire face, s'ouvre et laisse s'échapper l'urine, que l'on appelle une fuite urinaire.

Cette forme d'incontinence est principalement due à une faiblesse des muscles du plancher pelvien et du sphincter vésical. Divers traumatismes en sont responsables. En effet, au cours d'une grossesse ou d'un accouchement par voie basse, le plancher pelvien est mis à rude épreuve. 
Les dommages causés par les accouchements ne font  qu'aggraver la situation.

Ainsi une épisiotomie, c'est-à-dire une petite incision de quelques centimètres pratiquée par l'obstétritien au moment de l'expulsion du bébé, est susceptible de fragiliser le plancher pelvien. Il en est de même pour l'extraction du bébé au moyen d'un forceps. 
En fait, les accouchements difficiles s'accompagnent souvent d'une déchirure du plancher pelvien, ce qui constitue un terrain propice pour une incontinence urinaire.

Par ailleurs, les interventions chirurgicales sur le petit bassin, notamment l'hystérectomie ou la prostatectomie, laissent souvent place à une incontinence urinaire d'effort.
Un déficit en œstrogènes, comme rencontré au moment de la ménopause, s'accompagne d'une perte de tonicité des muscles et des tissus pelvien. L'incontinence est fréquente.




Incontinence urinaire d'effort, traitement


En cas d'incontinence légère, la rééducation périnéale est souvent proposée en premier lieu. Durant ces exercices, vous devez contracter les muscles du plancher pelvien afin de les rééduquer et de les renforcer, ce qui contribue à améliorer le support de la vessie ainsi que vos symptômes d'incontinence urinaire.
La kinésithérapie classique, l'électrostimulation avec biofeedback et les cônes vaginaux peuvent également s'avérer utiles.

Si vous êtes ménopausée, le médecin peut vous prescrire un traitement hormonal substitutif, visant à corriger la baisse de tonicité musculaire.
Une intervention chirurgicale est uniquement envisagée lorsque tous les autres traitements sont inefficaces.

Chez les femmes enceintes, des exercices du plancher pelvien durant et après la grossesse sont essentiels pour réduire les risques d'incontinence urinaire.
Toutefois, il faut continuer à faire ces exercices pendant au moins 3 mois. Ils sont généralement enseignés par des physiothérapeutes. Si vous n'en connaissez pas, votre médecin traitant peut sans doute vous en recommander un.

Si vous souffrez de constipation chronique, veillez à avoir une alimentation riches en fibres, contenues dans les céréales complètes, les fruits et les légumes. Prenez l'habitude de boire au moins un litre et demi de liquide par jour, en privilégiant l'eau et les tisanes.

Si vous souffrez de surpoids, efforcez-vous de perdre quelques kilos en bougeant beaucoup et en consommant moins de graisses et de sucreries. Il a été démontré que ces mesures simples diminuent les risques d'incontinence urinaire.